La  liberté d’expression existe dans notre club et à ce titre les textes  engagent l’unique pensée du ou des auteurs.

LUCAS Bernard

VOUS AVEZ LE CODE ?

Les hommes sont créateurs, inventifs, ils ont su s’adapter pour vivre aux conditions les plus extrêmes pendant de longues périodes entre glaciation et réchauffement de notre planète.

  • La faim, la peur, l’espoir les ont soudés par des commandements divins, « la croyance », puis sont venus les textes officiels, les édits de la royauté et les lois de la République avec la laïcité, la morale comme enseignement civique.

Les codes sont arrivés plus tard, nous les connaissons plus ou moins, mais ils font partie de notre vie de tous les jours à commencer par le Code civil promulgué par Napoléon Ier et les différents codes du travail, de la route, des voies ferrées, de la presse, de la politesse et de l’honneur pour n’en citer que quelques-uns…

la suite « Article CA BHL »….ICI

CAVALLI Gilbert

Ma religion à moi

Je ne veux pas faire de prosélytisme, il n’empêche que ma religion à moi a de supériorité sur les autres qu’elle n’a pas de jour spécifique pour être célébrée (vendredi musulman, samedi juif ou dimanche catho). C’est tous les jours pour les plus dévots. C’est deux, trois fois par semaine pour d’autres. Sur le calendrier il n’y a pas de saint(e)s à vénérer, tout au plus quelques martyrs. Vous me voyez venir, vous avez compris, ma religion à moi, c’est celle du vélo.

La suite ….ICI

Propos d'après Tour de France

Après chaque Tour de France, la bête rampante de la suspicion est de retour. Que l’on soupçonne notre sport de dopage n’est pas nouveau et c’est, hélas trop souvent justifié. Ce qui me gêne, en l’occurrence, c’est que ces questionnements se fassent une fois le show terminé, une fois que le bon peuple s’est diverti des jeux du cirque et que les intérêts économiques ont été assurés.

Combien de journalistes se sont enthousiasmés devant la force et la maîtrise de ce coureur, Pogacar, à l’allure juvénile. Pendant le spectacle, il était le plus beau, le plus fort. On nous a tout dit de sa vie, de son enfance, de ses entraînements, de son palmarès. Un nouvel ange de la route était né.

Le rideau est tombé sur les Champs Élysées, alors la bête rampante de la suspicion sort de son antre. Les « j’men doutais », les « ça se voyait », les « c’est pas normal à son âge » vont tout nous dire. Ok. Mais alors pourquoi maintenant ? Oui, pourquoi ces oracles médiatiques n’ont-ils pas parlé pendant la course ? Sans doute parce que : vente de papier, vente de pubs, audimat, sponsoring, etc.

A ce jour rien n’est avéré (croisons les doigts), n’empêche que si certains savaient, c’est pendant la course qu’il fallait le dire, sinon c’est encore plus grave. Là eut été le vrai courage. Souvenons-nous des années Armstrong où l’omerta régnait alors que tout le monde savait, c’est après que l’on s’est acharné sur lui. Si l’on sait, par honnêteté on parle, mais on ne distille pas le poison à coup de sous-entendus.

Je dis nous, car j’ai cautionné par mon assiduité devant la télé le spectacle. Personne n’est innocent. Mais espérons que l’histoire ne soit pas un éternellement recommencement.

D’autres textes à consulter ICI