Notre groupe 2018

Notre DUO de choc

Journée souvenir du 4 Novembre

Libres propos

La  liberté d’expression existe dans notre club et à ce titre les textes ci-dessous engagent l’unique pensée du ou des auteurs.

« Tout ce qui est excessif est dérisoire »

(Talleyrand)

Des cartes postales, certes pas toujours du meilleur goût, choquent des féministes. Elles en demandent le retrait. (Comme la mise à l’index des livres prohibés par Pie IV en 1563 !). Au secours l’Inquisition revient ! Il va donc falloir voiler toutes les toiles de Boucher, Manet et autre Renoir qui se sont permis de peindre des femmes nues. « Cachez ce sein, Madame, que je ne saurais voir ! »  Au pilori Rimbaud et Baudelaire. Brûlons Sade, Casanova et Don Juan dans les flammes de l’enfer. Censurées Pauline Réage auteur « d’Histoire d’Ô », Catherine Millet qui écrivit « La vie sexuelle de Catherine M. » Mesdames vous avez du talent mais vous n’êtes pas dans l’air du temps.

Les Femen mènent un combat légitime, celui de la cause des femmes. Elles le mènent les seins nus. Pourquoi pas ? Est-ce d’aussi bon goût que les cartes postales incriminées ? Est-ce que cela ne dérange pas les pourchasseuses des dites cartes ? Les voyeurs n’y verront que des femmes nues, quant aux autres, les hommes prêts à combattre à leur côté, eux n’y verront qu’une juste cause à défendre, avec ou sans soutiens gorge ! Que certains mouvements ne tombent pas dans le manichéisme : la nudité pour un combat serait noble, pour des cartes postales, un peu gauloises, elle serait dégradante ! Pour l’anecdote, je plains les policiers chargés d’arrêter ces courageuses militantes. Bas les pattes messieurs ! Plaignons également le pauvre joueur de boules vaincu et qui n’aurait plus de Fanny à embrasser !

Il est bien entendu que le combat des femmes pour leur respect et leur liberté est tout à fait légitime et respectable et qu’il y a encore beaucoup de travail par rapport à de grossiers personnages. Mais les autres, la majorité des hommes, ceux qui aiment et respectent les femmes, ils devront faire l’économie d’un compliment ? Sur une coiffure, une robe, une silhouette, un regard, un sourire ! Une invitation au restaurant, comment sera-t-elle perçue ? Car il est bien évident que l’homme aura une idée derrière la tête, galants ou goujats … tous suspects.

Un mouvement qui est nécessaire, qui est juste avec une belle cause peut rapidement devenir excessif … nous en avons connu d’autres en politique. Le respect, tout à fait légitime dû aux femmes, ne doit pas se transformer en une sorte de dictature et pudibonderie victorienne.

Dans certains pays existe une police des mœurs. Des pays où l’on ne voit pas les femmes, elles sont des ombres, toutes vêtues de noire. Des pays où le fait de conduire une voiture est une révolution. Des pays où les petites filles ne vont pas à l’école et sont mariées à l’âge de l’amusement. Il y a sûrement là un beau combat à mener pour l’égalité, la liberté et le respect des femmes … alors des cartes postales de mauvais goût … n’est-ce pas un combat dérisoire.

« Tout ce qui est excessif est dérisoire. »

Gilbert Cavalli


Nombrilisme

Mes voisins sont adorables, ils aiment partager. Ils me tiennent au courant de leur vie. Ils me « tweetent » des informations, enfin des « fakes news » comme un vulgaire Président des États-Unis. Certains se répandent sur « Astagram », pour eux c’est un véritable bonheur et ils me le font partager. Qu’est-ce qu’ils sont gentils ! C’est formidable les réseaux sociaux. Tout le monde sait tout sur tout le monde en une fraction de seconde. Je suis au courant de leur vie, même quand ils sont à l’autre bout du monde. C’est très intéressant de voir ce qu’il y a dans leurs assiettes, la vidéo de monsieur dormant, avachi sur une plage, les coups de soleil de madame, les grimaces du petit dernier et les galipettes du chien filmé sur un toboggan. Moi, naïf, je suis content de voir qu’ils pensent à moi en m’invitant à partager leur vie. S’ils l’étalent ainsi c’est qu’ils veulent communiquer avec moi et j’en suis ravi … comme sont ravis tous les amis qu’ils ont sur « Facebook » avec qui ils « likent » et qui par le fait sont également mes amis, même si je ne les connais pas ! Mais comme dit le dicton « Les amis de mes amis … » etc ., etc.

J’aime bien les petits « smiley » dans les SMS, c’est drôle, c’est sympathique et puis tellement pratique quand l’orthographe vient à manquer … on met un « smiley ». Mais je ne boude pas mon plaisir, je ne joue pas le rabat-joie, eux aussi participent à la communication.

Il va falloir que je m’essaie aux « selfies », comme tout un chacun. Ce doit être amusant de se mettre en scène, comme une starlette, dans des poses un peu ridicules ou sophistiquées. Le fin du fin c’est la « vidéo-selfie », vous savez avec le téléphone, brandi comme un totem, au bout d’une perche. Le nouveau dieu c’est lui. Par exemple, le plus intéressant ce n’est pas Venise mais surtout MOI à Venise. Comme disait Andy Warhol « Chacun a droit à son quart d’heure de gloire ». Petite gloire fugace, virtuelle et futile de ceux qui se photographient le nombril. A se regarder de trop près ça réduit le champ de vision alors forcément on voit moins les autres !

Communiquons, communiquons … il en restera toujours (peut être ?) quelque chose.

Récemment, à cent mètres de chez nous, un voisin est mort. Voisin que tout le quartier connaissait depuis quarante ans.

Nous avons appris son décès dix jours après son enterrement ?

Il y a parfois des « bugs » sur les réseaux sociaux.

Gilbert Cavalli