Maillot à vendre !!!

 Notre maillot du Bvyc était déjà bien représenté dans le département des Pyrénées Orientales, par la famille Sautereau, par Gérard Poisson, or cette belle région va s’enrichir d’un nouvel arrivant de marque en la personne de Marc Métayer.

Il y a peu il disait vouloir vendre son maillot ??? Damnation, geste sacrilège, non Monsieur on ne vend pas un tel maillot. Il est trop riche de souvenirs. On le prête, on le donne, on l’encadre, on le met au coffre mais on ne le vend pas. C’est dit. Un maillot du Bvyc c’est comme un tatouage indélébile, c’est pour la vie. (De toute façon ce n’est pas moi qui l’aurais acheté.). Donc tu le gardes et tu le fais briller, comme tu sais faire, sur les routes du sud.

Vous avez remarqué il y a des gens qui sont très énervants. Marc en faisait partie. Il avait l’humour grinçant, celui qu’on aime, il faisait divinement bien les chocolats et la cuisine (j’ai testé), sa porte était toujours ouverte, c’était un bricoleur hyper actif et un cycliste très fort … parfois trop fort ! Il m’énervait quand il disait « reste dans ma roue »  … j’aurais bien voulu rester dans ta roue Marc !

Mais pourquoi en parler au passé ? Il est toujours notre copain, il part simplement pour d’autres aventures, d’autres projets. On pourra toujours aller rouler avec lui dans la région d’Argelès où des gîtes tenus et loués par lui seront à notre disposition.

Il est de bon ton de dire que ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont. Je ne sais pas si c’était le meilleur et je m’en fout mais c’était (c’est) mon ami, un bon copain de vélo. Je me permets de reprendre à mon compte ce que disait La Boétie à propos de Montaigne quand on lui demandait pourquoi cette amitié, il répondait « Parce que c’est lui, parce que c’est moi ».

Bon vent et sois heureux Marc.

Gilbert CAVALLI

La  liberté d’expression existe dans notre club et à ce titre les textes  engagent l’unique pensée du ou des auteurs.

D’autres textes à consulter ICI