CALENDRIER

There are no upcoming events.

View Calendar

CHALLENGE 2017

Classement FINAL 2017 :
1er BOUTEILLER Pierre
2ème DIVOL Jean-Pierre
3ème LUCAS Bernard
4ème LADURELLE Alain

Notre groupe 2018

Ecriture inclusive

 

Essai d’écriture inclusive

(destinée à mettre sur un pied d’égalité les femmes et les hommes)

Che.è.r.es ami.e.s,

Comme tou.te.s les sporti.ve.fs nous sommes passionné.e.s par la pratique du vélo. Tou.te.s nous sommes de bon.ne.s compagn.e.ons qui aimons le dépassement de soi. Nous sommes des coureu.se.rs, des combattant.e.s de la route. Nous sommes, n’ayons pas peur des mots des héro.ïne.s amat.rice.eurs de l’effort. Parfois nous sommes un peu irraisonné.e.s et souvent peu sérieu.ses.x mais toujours prudent.e.s.

Il peut arriver, quelques fois que le.la pédaleu.se.r soit un peu fo.lle.u et veuille absolument prouver qu’il.elle est résistant.e au mal, alors certain.e.s coléreu.ses.x n’admettent pas qu’un.e les dépasse si bien qu’il.elles s’exaspèrent et deviennent grossier.ère.s voire vindicati.ve.fs.

Autour d’un verre les tensions s’apaisent c’est alors que les bavard.e.s les plus disert.e.s tel.le.s des champion.ne.s racontent leur sortie à grand renfort de rires. Les irrévérencieu.ses.x font alors la part belle à la galéjade.

Les bon.ne.s adhérent.e.s de notre club sont des gen.te.s sain.e.s, il n’y a pas chez nous de harceleu.se.rs mais que des bon.ne.s che.è.r.e.s cop.ine.ains amoureu.ses.x du sport.

PS : Mon correcteur d’orthographe n’a pas aimé !

Ci-dessus un essai, outrhfancier à dessein, de ce que donnerait une écriture inclusive. Pas très facile de lecture encore moins à lire à haute voix.

Il est bien évident qu’une langue doit évoluer et s’enrichir de mots nouveaux et pourquoi pas de nouvelle grammaire. Ainsi nous ne parlons pas la même langue que Molière qui, lui-même, ne parlait pas la même que Rabelais, qui lui-même, etc., etc.

Ne tombons pas dans le ridicule d’une fausse bonne idée. L’égalité hommes/femmes doit passer par l’éducation des petits enfants dès la maternelle, un changement de mentalité des « mâles », de certains employeurs, des politiques, par la culture, par les femmes évidemment mais certainement pas une démagogique écriture inclusive illisible.

Quant à nos chères têtes blondes plaignons-les, elles qui trop souvent arrivent en sixième avec une lecture approximative et une orthographe douteuse.

D’autre part il n’aura échappé à personne que les mots commencent toujours et se terminent toujours par le masculin !

En réalité ceci est un faux problème car même si depuis des siècles en orthographe « le masculin l’emporte sur le féminin » dans la vie courante qu’en est-il ? N’est-ce pas le contraire ? Mes.dame.sieur.s je vous laisse méditer.

Gilbert CAVALLI

 

Comments are closed.